Municipales à Chambéry : accord entre le NPA, les Alternatifs et le Front de Gauche

Depuis qu’en mars dernier, le Front de Gauche avait appelé à voter contre le budget, le NPA chambérien et les Alternatifs, qui ont en Savoie des relations privilégiées, ont engagé des discussions avec le Front de Gauche, dans le but de construire une liste unitaire d’opposition de gauche à Hollande et à Laclais. Au bout de quelques mois, le Parti Communiste a finalement décidé de sortir de ce cadre unitaire et donc du Front de Gauche chambérien, pour privilégier sa désastreuse mais traditionnelle alliance avec le PS : il a dès le mois de septembre mis en place sa propre liste qui à l’issue du premier tour ira se rallier au Parti Socialiste. En revanche, la liste que nous présentons avec les Alternatifs et le Front de Gauche (Parti de Gauche, FASE, Convergences et Alternative) considère qu’il n’est pas possible de s’allier avec ceux qui mènent au gouvernement et à la municipalité une politique de casse sociale. On trouvera ci-dessous le texte complet de l’accord.

Pour une agglomération démocratique, sociale, écologique et solidaire, au service de sa population et non des capitalistes !

Dans notre agglomération, les élus UMP, PS et EELV n’ont rien fait d’autre dans ce dernier mandat que de relayer les politiques de Sarkozy et Hollande. Dans toutes les villes de l’agglomération, la même politique a été mise à l’œuvre, autour d’un triptyque fait d’austérité (réduction du personnel, baisse des dépenses de fonctionnement), de grands projets inutiles (dont le Lyon-Turin constitue le symbole le plus évident) et de politiques sécuritaires (vidéosurveillance, classement de Chambéry-le-Haut en Zone de Sécurité Prioritaire)… Dans ce contexte, la gauche de rupture prend à Chambéry ses responsabilités. Elle s’implique donc dans les prochaines élections municipales pour construire avec les classes populaires une politique qui soit aussi fidèle à leurs intérêts que la politique de Hollande est fidèle aux intérêts du patronat.
Pour en finir avec le pouvoir de quelques-uns, nous proposons une révolution démocratique en donnant tout le pouvoir à la population pour l’égalité des droits, la justice sociale, la solidarité, l’écologie. A l’opposé des professionnels de la politique qui trop souvent s’en tiennent à une parodie de démocratie, la gauche de rupture propose pour Chambéry une vraie alternative où la démocratie sera exercée par le plus grand nombre. Chaque habitant sera en mesure de s’approprier les enjeux du débat, de participer à la décision politique et à son évaluation lors d’assemblées populaires indépendantes, contrairement aux actuels conseils de quartiers contrôlés et orientés par les élus. Pour cela nous mettrons à leur disposition les moyens matériels et financiers (budgets participatifs) pour débattre, choisir, décider, contrôler, autogérer tout ce qui les concerne du quartier à l’agglomération.

1) Pour une priorité au social, prendre sur les profits
-  Gratuité des transports du STAC.
-  Construction de logements sociaux, interdiction des expulsions locatives, réquisition des logements vacants.
-  Encadrement municipal des prix du foncier.
-  Contre la politique de l’ANRU ; pour la rénovation des logements sociaux.
-  Tarification sociale des repas des cantines scolaires, avec gratuité sous un QF de 700 euros.
-  Création de centres de santé municipaux, prioritairement à Chambéry-le-Haut, et de centres d’hygiènes gratuits.
-  Plan de rénovation des écoles ; refus de la réforme gouvernementale des rythmes scolaires.
-  Prix social de l’eau, avec suppression de l’abonnement.

2) Sortir la finance de la vie municipale
-  Reprise en gestion directe des Délégations de Service Publics (DSP) qui sont des services publics communaux privatisés (STAC, cantine scolaire, usine de chaleur, parkings).
-  Fin de la précarité dans les emplois municipaux, développement de l’emploi et des services publics, avec la suppression des externalisations.
-  Abandon des logiques managériales.

3) La commune : un lieu de démocratie autogestionnaire et de souveraineté populaire
-  Permette l’implication citoyenne du plus grand nombre dans les prises de décision, du quartier à l’agglomération.
-  Mise en place de lieux d’élaboration, de mise en œuvre et d’évaluation des politiques sous contrôle citoyen, disposant de moyens propres de fonctionnement ouverts à toutes et tous (comités de quartiers indépendants, conseils des résidents étrangers, conseils des jeunes…).
-  Ateliers populaires d’architecture, d’urbanisme et d’écologie.
-  Développer les médias alternatifs et des espaces d’information et de libre expression collective pluralistes.
-  Mise en place de budgets participatifs élaborés par des assemblées populaires citoyennes dotés de réels pouvoirs de décision et de contrôle. L’ensemble des budgets participatifs donnera lieu à l’échelle communale et intercommunale à une hiérarchisation des priorités budgétaires, à une détermination de l’ordre des réalisations dans une logique d’égalité territoriale.
-  Dans les services municipaux, mise en place de conseils de service, pour améliorer la vie au travail et le service rendu.

4) Une ville éco-socialiste
-  Refus des projets socialement et écologiquement inutiles (Pont Gambetta, Centre d’affaires Cassine, Lyon-Turin ferroviaire…).
-  Refus de l’implantation d’antennes de téléphonie mobile sans concertation avec les populations concernées.
-  Développement des transports en commun et des transports doux.
-  Lutter contre l’étalement urbain ; sanctuarisation et développement des jardins urbains.
-  Circuits courts et bios dans les cantines.
-  Pour la transition énergétique, avec incitation à la sobriété et à l’isolation des logements et bâtiments publics.

5) Une nouvelle politique culturelle (spectacle vivant et arts plastiques)
-  Convocation d’États généraux du sport et de la culture.
-  Ouverture des lieux culturels existants aux pratiques locales.
-  Diminution de moitié de la subvention à l’AMCCS et redéploiement de cette somme pour la culture populaire.
-  Retour du théâtre Charles Dullin en régie municipale.
-  Refus des subventions aux clubs sportifs professionnels et aux filières d’élite.
-  Soutien à la création de lieux culturels autonomes et alternatifs.

6) Prendre sur les profits
-  Audit citoyen sur la dette et procédure judiciaire contre Dexia.
-  Dissolution de l’EPIC « Chambéry promotion ».

7) Une ville citoyenne
-  Transparence dans les procédures communales et mise en ligne des documents administratifs sur le site de la ville.
-  Refus du cumul des mandats.

8) Une ville solidaire
-  Soutien à la reprise par leurs salariés des entreprises qui licencient.
-  Démantèlement de la vidéosurveillance, coûteuse, inefficace et liberticide.
-  Interdiction des convois de transport de déchets radioactifs à travers la commune.
-  Rénovation des aires d’accueil pour les gens du voyage ; construction d’une aire de grand accueil.
-  Droit de vote et d’éligibilité pour les résidents étrangers.
-  Jumelage de Chambéry avec une ville palestinienne et soutien de la ville à la campagne BDS.

9) Pour une fiscalité anticapitaliste permettant aux collectivités de disposer des moyens nécessaires à leur fonctionnement
-  Contre les politiques d’austérité, menées à l’échelle nationale et européenne, qui asphyxient nos villes.
-  Adapter la fiscalité des particuliers et des ménages à leurs revenus et patrimoines.
-  Réformer les taxes sur les entreprises, en abrogeant la loi de suppression de la taxe professionnelle pour promouvoir une taxation fondée sur les profits réalisés, notamment ceux qui ne sont pas réinvestis dans l’appareil productif.
-  Supprimer la TVA sur les produits de première nécessité (eau, énergie domestique, etc.) tout en contrôlant les prix (pour éviter une augmentation).
-  Mettre en œuvre des mesures fiscales qui permettent de favoriser une activité locale, écologiquement et socialement utile : développer une fiscalité adaptée à la taille des entreprises ; confisquer le foncier bâti de toute entreprise délocalisant son activité.

Parmi ces axes programmatiques, la liste mettra en avant dans sa campagne les priorités suivantes :
-  Gratuité et développement des transports en commun
-  Retour en gestion publique des services municipaux privatisés (cantine, parking, bus etc.)
-  Audit citoyen sur la dette de Chambery, refus du paiement de la dette municipale et procédure judiciaire envers les banques (ex Dexia)
-  Une vraie démocratie municipale avec un budget participatif
-  Refus des grands projets inutiles : Lyon-Turin, pont Cassine Gambetta etc.
-  Une nouvelle politique culturelle populaire et de proximité

Indépendance, transparence et contrôle des élus !

La gauche de rupture chambérienne affirmera dans ces élections municipales ses valeurs de transparence, d’indépendance et de démocratie. Pour cela, elle définit un cadre partagé qui garantira son indépendance et permettra à ses militantEs de disposer d’un véritable contrôle sur les éluEs qui sont censéEs représenter les intérêts de la population.

1) Constitution des listes
-  Dans toutes les communes de l’agglomération chambérienne où ce sera possible, nous présentons des listes sous un intitulé commun décliné commune par commune (du type « Chambéry xyz », « La Ravoire xyz », « La Motte-Servolex xyz » etc.)
-  Formées de militantEs, mais aussi de citoyenNEs, ces listes mentionneront le soutien des organisations qui les présentent, ainsi que le soutien de leurs porte-parole les plus médiatiques.
-  Ces listes se réclameront d’une stratégie commune et porteront un même programme pour l’agglomération, tout en définissant un programme spécifique pour leur commune.
-  Un comité de campagne est constitué.

2) EluEs
-  Nos éluEs constituent un groupe commun et indépendant dans les communes et à la communauté d’agglomération. Ils interviennent dans le cadre des positions définies dans notre programme. Ils s’engagent à ne pas avoir d’autre mandat politique et à rendre compte régulièrement de leur activité aux militantEs qui ont soutenu leur campagne et à la population qui les a éluEs.
-  Afin d’accompagner tout au long de leur mandat les éluEs et permettre la discussion collective et régulière de leurs activités, le comité de campagne se transformera en association de soutien, avec un bureau composé des représentants des différentes organisations qui soutiennent la liste. En début d’année, avant les votes des budgets, une assemblée générale de l’association sera convoquée pour que les éluEs y fassent le bilan de leur activité annuelle et que leurs votes et activités fassent l’objet d’une discussion.
-  L’association de soutien peut décider de l’exclusion d’un élu à la majorité qualifiée des deux tiers.

3) Finances
-  La campagne se fera avec un budget financé pour une partie par une souscription militante et pour une autre par les organisations politiques.
-  En cas de remboursement de campagne, la somme récupérée sera partagée par les organisations au prorata de leur participation au financement de leur campagne. En cas de non-remboursement, les pertes seront mutualisées entre les organisations au prorata de leur participation.
-  Les indemnités des éluEs seront intégralement versées à l’association de soutien pour lui permettre de fonctionner. En contrepartie, elle veillera à les indemniser pour les dépenses qu’ils ou elles auront à régler dans le cadre de leur mandat et à financer le matériel nécessaire pour qu’ils ou elles rendent compte de leur mandat (blogs, tracts etc.).
-  Au terme de chaque exercice financier, le reliquat de l’exercice sera partagé par l’association de soutien entre les organisations, au prorata de la part qu’elles auront prise dans le financement de la campagne.

4) L’indépendance politique
Dans un contexte où le PS et EELV au pouvoir multiplient les attaques contre la population et les acquis du mouvement ouvrier, nous afficherons clairement notre indépendance durant la campagne. Nous dénonçons le caractère anti-démocratique de ces élections municipales sans proportionnelle. Au soir du premier tour, nous étudierons les résultats, commune par commune, afin de définir au cas par cas une position permettant tout à la fois :
-  D’assumer jusqu’au bout notre volonté commune d’indépendance totale envers le PS.
-  D’avoir des éluEs qui, dans les institutions, seront des opposants résolus à la droite et au PS et, d’une manière générale, à tous ceux qui mettent en œuvre et relaient les politiques d’austérité, ce qui implique qu’ils ne participeront pas à un exécutif dirigé par le PS.
-  De faire barrage à l’extrême-droite qui cherche à dévier la colère populaire sur les étrangers et les populations d’origine étrangère.

Chambéry, le 2 décembre 2013

titre documents joints


Texte de l’accord unitaire (PDF - 324.7 ko)

info document (PDF - 221.3 ko)