Poèmes contre les expulsions

Le texte des poèmes qui ont été lu le 15 juillet 2019, sous les fenêtres du conseil municipal que Dantin tenait à huis clos sous protection policière.

Tout doux nid dans un taudis

Galérant depuis des années,
ne trouvant pas à se loger, 
il mit sa famille à l’abri , à"Belle vue "dans un taudis.
Pas la moindre goutte d’eau
ne coulait du lavabo,
pas possible de s’éclairer ,
le jus y était coupé .
Petit nid dans un taudis,
arrive le dernier cuicui.
Petit nid dans un taudis ,
délabré mais tous unis.
Mais v’là qu’arrive le gros cafard,
Qui dit ,"y faut vous en aller Lakdhar !".
"Ne m’expulsez pas de ce nid,
j’y ai ma femme et mes cuicuis !".
"On vous a dit de dégager,
vous avez une dette de loyer".
"Dette de loyer pour un taudis, 
juste mettre ma famille à l’abri !".
"Tu crois pt’être qu’un toit c’est un droit ?",
lui dit le gros cafard, le roi .
"Tu crois qu’t’as l’ droit d’squatter chez moi ?",
lui dit le gros cafard qu’ aboie.
"Deux fois on t’a dit d’dégager,
et t’es toujours sur mon plancher !".
"Mais je peux pas déménager !
y’a mon p’tit cuicui qui est né !".
"Rien à faire de toute ta marmaille,
tu prends ta famille et tu t’tailles !"
"Rien à foutre de toute ta marmaille,
j’ai déjà app’lé la flicaille".
Et les cafards sont arrivés,
des gros cafards très énervés.
Ils étaient v’nus avec l’huissier, un p’tit cafard tout étriqué.
L’a dit, "maint’nant faut qu’vous partiez".
J’ai dit, "mais ch’ais pas où crécher !"
L’a dit, "ça c’est pas mon problème"
J’ai dit, "ça vous fait pas d’la peine ?"
Alors les cafards énervés,
m’ont attrapé et menotté.
J’avais du mal à respirer, j’entendais mon voisin crier.
Alors les cafards énervés,
m’ont attrapé et m’ont traîné.
J’sentais mon coeur déménager,
j’entendais ma famille hurler.
"Ah tu veux pas t’faire expulser !",
lui dit l’ gros cafard énervé.
"Rien à foutre de ton malaise, moi ch’uis payé pour que tu t’taises".
"Ah tu veux pas t’faire expulser ! ",
lui dit l’ gros cafard énervé, "mais si tu veux pas dégager,
sur le trottoir tu vas crever".
Alors il a crevé Lakdhar,
écrasé par le gros cafard.
Crevé pour une dette de loyer,
Crevé parc’ qu’ils l’ont pas aidé.
Crevé juste pour garder son nid, crevé juste pour un nid taudis.
Crevé juste pour garder son nid,
crevé pour protéger cuicuis.
Alors...
Méditez ça, vous, les cols blancs,
jaunis de fiel avec le temps, 
car votre coeur rempli de pierres
éclatera dans le tourment.
Alors...
Méditez ça, vous, les cols blancs, jaunis de fiel avec le temps,
car votre coeur est tant amer,
qu’il crèv’ra seul en s’essoufflant.
Lakdhar est mort le 3 juillet 2019.
Pour lui , sa femme, ses enfants , sa famille, ses ami-es.
Pour tous les cuicuis sans abris, et pour que le droit d’avoir un nid ne reste pas une utopie...
Tous ensemble nous nous envol’rons,
un grand essaim nous forgerons,
sur leurs toits nous nous poserons,
et sur leurs maisons nous chierons ,
juste avant la révolution.
_Tamalou ?_


Extermination programmée.

Je vais vous parler d’une espèce, celle qui s’ tait qui bouge pas une fesse,
un genre de brochette de cloportes,
toujours planquée derrière une porte.
Y’en a un qu’a une tête bizarre, un peu comme une tête de cafard,
c’lui là est pas intelligent,
y sait pas écrire sur l’ écran.
On l’avait pensé disparue,
mais pas du tout, elle est rev’nue, 
elle est creuse et recroquevillée,
elle vit au fond d’un bénitier.

Puis y a sa cousine du grand nord,
celle qui te rabâche que ton corps,
doit juste servir à procréer,
même quand il a été violé.
Puis j’en ai trouvé une nouvelle,
une création accidentelle,
genre statue figée sur son socle,
avec dans l’trou d’balle son monocle.
Y’en a des autres qui brassent de l’air,
mais qu’ont une forme particulière,
, tu les r’connais à un détail,
elles ont l’ syndrome de l’éventail.
Puis y ’en a une qui vit en groupe,
qui s’ déplace toujours en p’tite troupe,
avec un plus p’tit à son pied,
un p’tit qu’a les dents acérées.
Bon maintenant y faut qu’j’ vous dise,
que ces espèces sans matière grise ,
doivent disparaître pour longtemps,
pour qu’on vive enfin librement.

- Tamalou ?-


  Pas touche...

J’vais vous parler d’une p’tite nana, 
une p’tite nana super sympa, 
une p’tite nana qu’ a des p’tits bouts , 
des p’tits bouts avec qui elle joue.
Mais des fois elle est en colère, 
elle a son coeur qui d’vient amer,
alors lundi l’maire elle va voir,
avec d’autres meufs qu’ont le coeur noir.
Noir de colère et de tristesse, 
parc’ qu’le maire a pas écouté,
la famille qui est en détresse,
qu’il a préféré expulser.
Lakdhar expulsé en est mort,
m’sieur l’maire y doit nous expliquer,
il l’a fait à grand coup d’renfort,
de chiens sanglés aux policiers.
Là, tout est allé super vite,
la police nous a bousculées,
distributions d’ coups et de triques, 
insultées, malmenées, frappés.
Son p’tit cou il lui a serré , violemment avec insistance, 
il serre , il ne veut pas lâcher,
mais oui oui tout ça s’ passe en France !!
Après ils ont fermé les portes,
on est sorties très très choquées,
sidération en quelque sorte, 
on vient de se faire agresser !
On s’ dit on va rentrer chez nous,
mais les flics nous ont pourchassées,
menottée notre amie à nous,
gazée pour toutes nous éloigner.
La p’tite nana super sympa, 
au comico ils l’ont emmenée, 
en garde à vue direct là bas, 
enfin le lend’main relâchée.
J’veux juste dire à cette p’tite nana,
qu’on la soutient qu’on n’a pas peur, 
qu’en s’en prenant à des nanas,
pensaient qu’ce s’rait l’ bureau des pleurs ?
Y’a un truc qu’ils n’ ont pas compris,
c’est qu’tant qu’ils seront maltraitants,
nana entendra ses amies ,
crier qu’les flics sont tous violents.
Vous pensez pouvoir nous faire taire,
pensez qu’on vous combattra pas, première erreur, erreur grossière, 
les nanas ça se musellent pas !!!!
Pour nana qui s’ reconnaîtra...

 Tamalou ?


J’vous ai apporté des bonbons !!

Avez vous vu ? Qu’elles sont bizarres !!
énormes et grandes friandises, 
y paraît qu’ce serait de l’art ?
plutôt un excès d’gourmandise !!
M’sieur l’maire il est bien trop gourmand ! 
Il arrête pas de dépenser, 
y dilapide tout notre argent, 
projets complt’ment insensés !
Des gros bonbons en location,
62 000 z’euros rien qu’ça ?
il y va fort le gros morpion,
bonbons qu’vont sucer les bourgeois !
Quand on sait que le ticket d’ bus,
voté par le gang des morpions, 
le ticket d’bus ,trente cents de plus !
c’est moi ?? Ou ça tourn’ pas très rond !!
Avant t’déplacer tu pouvais, pendant une heure
tranquillement, 
un euro soixante dix l’ticket,
juste pour un trajet 
maintenant !
C’est vrai que les priorités, 
chez les morpions sont pas les mêmes ! 
les fragiles ont les laisse crever,
y vont pas les aider quand même !!
Avez vous vu ? quelle ironie !
tu bouffes tes doigts , t’as pas de toit !
tu t’dis jeudi c’est raviolis,
heureus’ ment qu’t’as gardé l’p’tit doigt !
Mais on saura où les garer,
dans l’ gros parking en construction !
spécial bonbons acidulés,
on nage en pleine science fiction.!
Alors, vous les morpions bourgeois,
vous les morpions encéphalites,
des bonbons en indigestion...
J’vous souhaite belle gastro enterite !!

 -Tamalou ?-