Journée de grève à l’ANPE

Les huit organisations syndicales de l’ANPE (SNU, SUD, CGT, FO, CFDT, CFE-CGC, Snap-CFTC et UNSA) appellent à la grève lundi 1er décembre.

Elles dénoncent le recours massif aux contrats précaires pour pallier au manque de recrutement à l’ANPE et les conditions de la fusion avec les Assedic qui va intervenir au premier janvier 2009 avec le Pôle Emploi.

Dans un communiqué commun, les syndicats de l’ANPE mettent en avant la casse programmée de l’aspect "conseil" du métier avec "la mise à distance des usagers de Pôle Emploi, notamment en imposant le passage par des plateformes de services téléphoniques déshumanisant la relation", comme c’est déjà le cas à l’Assedic, et " le passage en force au concept de « référent unique » qui, sans véritable formation, prévoit qu’un seul et même agent devra contrôler et conseiller des demandeurs aussi bien sur leur indemnisation que sur leurs démarches de recherche d’emploi".

Les agents de l’ANPE sont bien placés pour voir les premières conséquences de la crise financière, ce sont bien les salariés qui vont payer la note :
"alors que les annonces les plus alarmantes de plan de licenciements dans de très nombreux secteurs se multiplient, que l’on parle ouvertement d’une longue période de récession (ou de « croissance négative », selon le jargon de la Ministre de l’Economie) avec une prévision d’augmentation importante du nombre de demandeurs d’emploi, on voit se déployer les instructions visant à accroitre les pressions et les sanctions contre les chômeurs. La loi sur « l’offre raisonnable d’emploi » en est une illustration. Cette disposition réglementaire renforçant la suspicion et les contrôles est d’autant plus aberrante qu’on risque d’assister à une raréfaction de ces même offres, y compris dans les secteurs dits « porteurs » comme le bâtiment, l’intérim ou la restauration."

Des rassemblements sont prévus devant les agences en Savoie.