Communiqué de Sortir du Nucléaire 73 sur les transports de déchets nucléaires en Savoie

Alors qu’un nouveau convoi de déchets nucléaires en provenance d’Italie passera en gare de Chambéry lundi matin, Sortir du Nucléaire 73, dont la LCR 73 est membre, interpelle de nouveau la préfecture sur l’opacité complète qui entoure ces convois et sur l’absence totale d’information en direction de la population.

Depuis le début du passage des trains de déchets nucléaires venant de Caorso, la préfecture n’a pris aucune autre mesure que d’envoyer ses flics pour empêcher les militants de SDN 73 de pénétrer dans la gare pour informer les usagers et les salariés de la SNCF.

On peut aussi rappeler que notre camarade Laurent Ripart, conseiller municipal de "Chambéry 100% à gauche", avait proposé au conseil municipal de Chambéry de voter un vœu s’opposant à ces convois.

Elus de droite comme de gauche plurielle avaient voté contre ce vœu, les Verts se distinguant, trois d’entre eux dont Henri Dupassieux décidant courageusement, si on peut dire, de ne pas participer au vote tandis que Nicole Guilhaudin, l’écotartuffe de service, votait contre, préférant sans doute réserver ses efforts militants pour inaugurer l’expo à la gloire du "Grenelle de l’environnement" de la Galerie Eureka !

Voici le communiqué de Sortir du Nucléaire 73 :

L’association Sortir du nucléaire Savoie doit-elle se substituer à la Préfecture ?

Un nouveau transport de déchets nucléaires en provenance d’Italie devrait passer par la gare de Chambéry lundi 19 janvier au matin.

Comme à son habitude la Préfecture ne se soucie pas d’en informer la population concernée non seulement sur Chambéry mais sur l’ensemble du parcours de ce train.

Pourtant il est clairement dit sur le site de la Préfecture (http://www.savoie.pref.gouv.fr/sections/les_grands_themes/risques_en_savoie/risques_majeurs/dossier_departementa/view) que :
- « des accidents radiologiques de moindre importance peuvent survenir, par exemple à l’occasion du transport de matières radioactives » ;
- « L’intervention des pouvoirs publics en cas d’accident ou d’incident radiologique au cours d’un transport de matières radioactives est définie par des directives du Premier Ministre. Les responsables opérationnels, …, sont le Préfet et l’exploitant »

Il est également précisé ce que doit faire la population en cas d’accident :
- « connaître le signal d’alerte qui comporte trois sonneries montantes et descendantes, de chacune 1 minute »
- « se mettre à l’abri en s’enfermant dans un local clos »
- « se tenir à l’écoute de Radio France Bleu pays de Savoie »
- « ne pas téléphoner »
- « ne pas consommer d’aliments frais cultivés » (sûrement dans le cas d’un accident grave de type Tchernobyl, ce qui ne concerne pas le passage d’un train – du moins nous l’espérons)

À ce jour nous nous demandons combien de citoyens savoyards connaissent ces consignes et quelles seraient leurs réactions en cas d’accident.

Au vu des derniers rebondissements de la machine nucléaire (incidents à répétition au Tricastin, retrait des agréments de contrôles à EDF par l’Agence de Sureté Nucléaire, etc.), le doute s’installe de plus en plus dans nos esprits et l’absence de communication de la Préfecture sur ces passages de trains, nous conforte dans l’idée que le nucléaire est anti-démocratique.
La Préfecture et l’exploitant, par leur silence depuis plus d’un an que des trains traversent le département de la Savoie, est des plus inquiétant. Auraient-ils des choses à cacher à la population ?

Sortir du nucléaire 73 démontre une nouvelle fois que le secret n’est pas si bien gardé puisque nous arrivons à être au courant des passages de trains plusieurs jours avant. Que se passerait-il si ces informations tombaient entre de mauvaises mains ?
Ce ne sont certainement pas les quelques détachements de CRS en gare de Chambéry qui vont arrêter des potentiels terroristes.

De plus ces transports constituent un réel risque pour la population, et ce sans parler de l’inutilité de ces transports, les déchets n’étant que faiblement recyclés.

Aujourd’hui Sortir du nucléaire 73 demande une nouvelle fois à la Préfecture de prendre ses responsabilités et d’informer la population via l’ensemble des médias, des risques encourus et des mesures à prendre en cas d’accident.

L’association Sortir du nucléaire 73 va-t-elle une nouvelle fois devoir se substituer à la Préfecture pour informer la population des risques inhérents à ce type de transports ?