La LCR ne participera pas à la gestion sociale-libérale de Chambéry

Communiqué de la LCR concernant un article de l’Essor Savoyard suite à une lettre d’invitation qui nous a été faite par le PCF pour participer aux discussions sur la future liste gauche plurielle (ou gauche-MODEM plurielle) qui se met en place pour les élections municipales à venir. Ci-joint la dite lettre ainsi que notre réponse.

Communiqué de la Ligue Communiste Révolutionnaire

Suite à votre article paru le 31 août 2007, dans lequel Michel Vallet déclare qu’en vue des élections municipales de Chambéry, « il y aura des discussions avec toutes les composantes de la gauche, dont fait partie le PC comme la LCR », la LCR 73 précise que si elle a effectivement été invitée à une réunion des partis de la gauche plurielle en vue de la constitution d’une liste pour les municipales de Chambéry, elle a refusé de s’y associer, car il est hors de question pour elle de participer à une majorité municipale sous l’hégémonie du Parti Socialiste.
La LCR ne saurait en effet assumer la gestion libérale que la municipalité sortante a mise en place, en particulier à Chambéry métropole que le PS cogère au quotidien avec la droite. Nous déplorons par exemple que la municipalité ait procédé à la concession de services publics au secteur privé, comme cela a été le cas pour le réseau STAC que Chambéry métropole a offert à Veolia ou pour la gestion des parkings de stationnement que la mairie de Chambéry a concédée à Vinci. Nous n’approuvons pas non plus les grands projets réalisés avec et pour le secteur privé, à l’exemple du Phare (construit en délégation de service public) ou du projet sur les Halles (qui transférera une partie du patrimoine de la ville à de grandes enseignes privés, au détriment du petit commerce de proximité). Nous regrettons aussi que la municipalité ait choisi de passer sous les fourches caudines du programme ANRU, en faisant détruire 550 logements sociaux alors même qu’il faudrait en construire 6 000 dans les 5 prochaines années pour couvrir les besoins dans l’agglomération. Enfin, nous ne pouvons que déplorer l’absence de tout soutien des élus de la majorité municipale aux justes luttes des travailleurs municipaux, en particulier lors des grèves à Curial en 2003 et à l’usine d’incinération en 2006.
La LCR 73 ne saurait donc participer à une telle politique, à l’heure où de surcroît la majorité municipale chambérienne vient de porter à sa tête une Strauss-Khanienne, qui, après avoir soutenu avec enthousiasme la constitution Giscard ne manque jamais de se réclamer d’un social-libéralisme ouvert et décomplexé. Notre matérialisme ne nous portant guère à croire aux miracles, nous avons du mal à imaginer que Bernadette Laclais, qui vient de soutenir la mise en place de droits supplémentaires illégaux pouvant dépasser 300 euros pour les étudiants de l’Université de Savoie, y compris même les boursiers, puisse mener à Chambéry une véritable politique de gauche.

titre documents joints


Réponse de la LCR (PDF - 63.1 ko)

Lettre du PCF à la LCR (PDF - 308.3 ko)