Résultats des élections régionales 2010 : communiqué de Myriam Combet, tête de liste du NPA en Rhône Alpes

Le NPA se félicite de la défaite de la droite et de Nicolas Sarkozy qu’une majorité d’électeurs et d’électrices a sanctionné ce 14 mars. Il constate aussi que l’abstention atteint des niveaux records, en particulier dans la jeunesse et les classes populaires, qui ont largement boudé ce scrutin.

En votant pour le NPA, nos électeurs ont sanctionné le plus à gauche
possible les politiques de casse des droits sociaux et démocratiques menées par Sarkozy.

Ils ont également indiqué leur attachement à la construction
d’une force politique anticapitaliste et indépendante, fidèle à ceux d’en
bas tout comme le MEDEF et Sarkozy le sont aux intérêts des plus riches.

Car loin d’avoir constitué des pôles de résistance face à la droite et au MEDEF, le PS a mené en Rhône Alpes et dans les régions qu’il dirigeait, une politique compatible avec celle de la droite.

A tel point que la liste de Jean-Jack Queyranne comprend un membre de la majorité présidentielle ! Il annonce pour le second tour une liste "arc en ciel", mélangeant élus de gauche et de droite, et une politique toujours aussi peu soucieuse des besoins sociaux et environnementaux.

Comme pour le 1er tour, nos électeurs sauront faire le meilleur choix.

Mais au delà, le vote NPA est un point d’appui pour les résistances de demain qui seront déterminantes pour contrer la régression sociale que veut nous imposer Sarkozy.

Nous appelons nos électeurs, les couches populaires et la jeunesse qui se sont abstenus fortement, toutes celles et ceux qui en ont assez de payer la crise, à construire le "tous ensemble" nécessaire pour mettre un terme aux coups portés par le MEDEF et Sarkozy : nous ferons tout pour que le 23 mars soit une première étape de la convergence des luttes pour les retraites, les salaires, l’interdiction des licenciements, la défense du service public.

Et c’est bien autour de ces exigences que nous
voulons construire l’unité la plus large contre la droite, les politiques de
droite et le MEDEF.