Grève au STAC à Chambéry : communiqué du NPA 73

La gestion Veolia, ça suffit comme ça !

Les comités du Nouveau Parti Anticapitaliste apportent leur total soutien aux travailleurs du STAC, qui commencent un mouvement de grève lundi 31 mai au matin. Les chauffeurs de bus n’ont en effet pas à faire les frais des appétits de Veolia, qui, depuis qu’il a mis la main sur le STAC, comprime les salaires et recourt à la sous-traitance, ce qui lui permet de dégager près d’un million d’euros par an pour ses actionnaires.

Ces derniers temps, la direction du STAC a multiplié les provocations : c’est ainsi qu’après s’être attribué un salaire annuel de près de 200 000 euros annuels, le directeur du STAC a pu oser proposer à ses salariés une augmentation annuelle de 0,1 % au titre de 2010 ! Aujourd’hui, elle prétend revenir sur les reclassements prévus par le protocole d’accord signé au lendemain du conflit de mai 2009, provoquant ainsi le conflit social qui va commencer ce lundi.

Les travailleurs du STAC ont donc bien raison de ne pas se laisser faire et de se mettre en grève, même si cela constitue une décision difficile pour des salariés aux revenus modestes. C’est pourquoi les militants du NPA saluent leur combattivité et leur souhaitent de sortir victorieux de ce mouvement social, dont la direction du STAC porte l’entière responsabilité.