Lyon-Turin : quelle alternative ? Réunion débat à La Motte Servolex

Plusieurs associations locales : Défendre et Servir la Motte,
Coordination Ain Dauphiné Savoie,
La Motte nature et vie, Vivre Cognin Autrement, Collectif Chapareillan (CCLT) et la coordination italiennes des opposants au Lyon Turin "No TAV" proposent une réunion débat : Lyon-Turin : quelle alternative ?, vendredi 6 mai à 19h30, salle des Pervenches à La Motte Servolex.

Voici le texte d’appel :

Alors que le projet Lyon-Turin refait surface dans l’actualité de notre département, nombre de
questions restent en suspens, laissant craindre le statut quo.

Depuis plus de 20 ans, les autorités font de cette liaison l’alpha et l’oméga de la politique ferroviaire
de la Savoie. Assurant que cette dernière résoudra tous les problèmes des trafics frets et voyageurs,
nos concitoyens se lassent et s’interrogent.
Dans les semaines à venir, les savoyards sauront si ce projet pourra débuter ou si, à l’instar de ce
qui s’est passé ces dernières années, il est de nouveau reporté.

En effet, l’union européenne a
sommé les états français et italiens de signer, d’ici le 30 juin 2011, l’accord international prévu et de
commencer les travaux de la descenderie italienne de la Maddalena. Passez ce délai, les aides
européennes seront supprimées avec un hypothétique réexamen en 2014.
Pour un observateur averti, l’état des finances françaises et italiennes, les fragilités politiques
gouvernementales et la très forte opposition des habitants du val de Suse à ce projet ne laisse guère
de doute sur l’issue des décisions européennes.

Que faudra-t’ il faire alors ? Attendre et espérer que les temps à venir permette de débloquer ce
projet laissant notre département, pour encore plusieurs dizaines d’années sans solution ?

Si ce projet ferroviaire semblait « intéressant » sur le papier à fin des années 80, force est de
constater que nombre des postulats qui prévalaient à l’époque ont été, depuis, mis en défaut,
démontrant ainsi son incohérence. En 2011, et face à une situation qui n’avance pas, la pertinence
de ce projet mérite de faire l’objet d’un débat. La situation du transport ferroviaire alpin a changé et
amène, à minima, à se repositionner face aux réalités d’aujourd’hui et aux véritables attentes de
nos concitoyens.

Ainsi le volume de fret, dont certaines cassandres annonçaient dans les années 80 le doublement, n’a
pas évolué. Le projet Lyon Turin, qu’on nous propose, veut créer une voie nouvelle dimensionnée
pour 40 millions de tonnes alors que le transit par la Savoie (ferroviaire et routier) s’établissait avant
crise à moins de 20 millions. Que veut-on avec ce projet ? Centraliser le fret sur la seule Savoie ?
Est ce
cela que souhaite vraiment les Savoyards ? Depuis 20 ans, les Suisses et les Autrichiens ont, eux,
fortement avancé. Avec la mise en service de leurs nouveaux tunnels, ils captent le trafic en
provenance d’Europe du nord, rendant le projet français encore plus aléatoire sur sa rentabilité.

Pendant que l’on rêve d’un hypothétique Lyon Turin dont le coût pharaonique rend rédhibitoire sa
réalisation, on abandonne à leur sort ces milliers de savoyards, riverains des infrastructures de
transports existantes, exposés aux nuisances quotidiennes occasionnées par les passages de trains et
de camions.

Quant au trafic voyageur. Que souhaite-t-on réellement ? Un gain de temps ? Oui, mais pour qui ?
Des usagers occasionnels pour de l’international ou les milliers de savoyards qui ont besoin
quotidiennement de se déplacer vers les villes de notre région. Depuis 20 ans, à force d’attendre ce
projet Lyon Turin, dont le prix ne fait que s’accroitre, on abandonne sur le quai des milliers de
travailleurs qui ne demande qu’une chose : arrivée à l’heure dans leur gare de destination. A la place
d’une ligne nouvelle qui ne servira qu’un nombre limité de voyageurs, ne vaut-il pas mieux
moderniser la ligne existante pour le service de tous les Savoyards ?

Les besoins primordiaux des Savoyards sont dans un réseau TER efficace et dans un report du fret
marchandise de la route vers le rail. Pour répondre à ces 2 objectifs, nul besoin de dépenser des
dizaines de milliards d’euros dans de nouvelles infrastructures, surdimensionnées, dont la rentabilité
à court et moyen terme est plus qu’incertaine.

C’est pourquoi, nos associations vous invitent à une réunion d’information suivie d’un échange avec
le public. A cette occasion nous évoquerons la mise en oeuvre d’une solution alternative pertinente
et cohérente, réalisable rapidement avec un coût acceptable et supportable pour nos finances
publiques.

Défendre et Servir la Motte No TAV
(Fédération 26 associations italiennes)
Coordination Ain Dauphiné Savoie
La Motte nature et vie Vivre Cognin Autrement Collectif Chapareillan (CCLT)

Réunion d’information et débat avec le public
Lyon-Turin : quelle alternative ?
Salle des Pervenches
La Motte Servolex
Vendredi 6 mai à 19h30