Poutou Nouvelle Star : trois petits tours et le NPA explose (Rue 89, 21 avril 2012)

Marie Kostrz | Journaliste Rue89

Le grand vainqueur de l’égalité du temps de paroles, c’est lui. Philippe Poutou à la télé qui plaisante et se fait applaudir. Philippe Poutou qui ne se fait plus couper la parole et déroule sa pensée, sans butter sur les mots. Philippe Poutou qui mouche la star de RTL, Jean-Michel Aphatie.

Le 12 avril dernier, il se fait applaudir par le public lors de l’emission « Des paroles et des actes ». Du jamais vu sur ce plateau. Fabien Namias vient de l’interroger sur son refus de se rallier au Front de gauche. Il plante ses yeux dans ceux du journaliste, brasse de sa main l’air du plateau avec de petits gestes décidés :

« S’il y a un succès de ce côté là tant mieux mais si c’est pour se mettre à la remorque d’un gouvernement socialiste et de Hollande, si c’est pour nous faire le coup de la gauche plurielle, on n’est pas d’accord. »


Philippe Poutou sur un rapprochement avec... par lemondefr

Poutou, l’humour et le sens de la répartie

Dans les studios de RTL, huit jours plus tard, le candidat NPA répond du tac au tac à la journaliste qui cite Nicolas Sarkozy :

« Cette campagne, c’est un peu le festival de Cannes, il y a ceux qui apparaissent et puis pendant cinq ans on ne vas pas en entendre parler. »

Du pain béni pour celui qui maîtrise désormais les règles du Paf :

« Bah lui le festival de Cannes il connaît très bien, il l’a fait pendant cinq ans à fréquenter les riches, les bling bling et puis il finit en beauté avec le Crillon. »


Philippe Poutou, candidat du NPA à la... par rtl-fr

Pas de mediatraining pour « rester authentique »

Le timide Poutou des débuts de campagne semble bien loin. Le 31 octobre, tassé dans son fauteuil, accroché aux accoudoirs, l’air hagard, il subissait silencieusement le lynchage en règle de Michel Onfray l’accusant d’être « un désespoir » pour les miséreux, les pauvres et qui n’ont pas de travail.


Poutou Vs Polony & Pulvar 3 [POL] Ruquier 291011... par peanutsie

En août 2011, Philippe Poutou avait expliqué à Rue89 qu’il refusait tout mediatraining, « pour rester authentique ». Son discours avait le grand mérite d’être honnête :

« De toute façon, si je mens, je me ferai forcément coincer. »

La « révélation de la campagne »

Thibault Blondin, membre de la coordination, affirme qu’il n’a jamais dérogé à la règle :

« Le Poutou que vous voyez à présent s’est rôdé grâce aux nombreuses émissions de radio qu’il a faites. C’est comme n’importe quelle activité, plus on la pratique, meilleur on est. »

Après avoir été raillé par les médias, ces derniers auront finalement reconnu, si ce n’est son succès, sa progression ou sa singularité. Le Monde, tout en qualifiant le fond de son discours de « confus en diable », souligne que son élocution « passe pour un nouveau genre de télégénie ».

Thomas Legrand, sur France inter, fait de Philippe Poutou la « révélation de la campagne » (27’57) :

« On ne le connaissait pas avant, on le connait maintenant, il est quand même bizarre,c’est étonnant. Il a un rapport avec le pouvoir assez rafraîchissant. »

Occupation d’hôtel et autodérision

Le candidat organise des déplacements assez inhabituels pour un candidat à l’Elysée. Ce vendredi, il a couru vers les portes du luxueux hôtel Crillon, à Paris, muni d’un porte-voix.

Squattant le hall avec ses camarades de lutte, il a dénoncé Nicolas Sarkozy comme « le président des riches ». D’après le Canard enchaîné, des membres du Premier cercle, le plus généreux groupe de donateurs de l’UMP, a déjeuné dans cet établissement avant le meeting de la Concorde.


Les anticapitalistes s'invitent au Crillon par E_varlin

Les clips du candidat, basé sur l’autodérision, a aussi permis au NPA de créer un petit buzz. Après avoir parodié « Question pour un champion », le candidat du NPA s’attaque à The Artist :

Les progrès médiatiques du candidat-ouvrier n’ont pas empêché le NPA d’imploser. « Il est sympa mais il a fait couler son parti ! », plaisante un militant. Mécontente de la campagne de Philippe Poutou, la Gauche anticapitaliste, groupe minoritaire du parti, a finalement décidé de soutenir Jean-Luc Mélenchon au premier tour.