Conférence nationale du NPA : conclusion d’une rupture, début de la relance

La Conférence nationale a enregistré la décision de la majorité des camarades de la GA de rejoindre le Front de gauche. Leur résolution a obtenu, dans les 92 AG préparatoires, 22, 25 % des voix mais bien des camarades qui partagent leurs critiques vis à vis de l’orientation du NPA ne sont pas d’accord pour suivre la direction de la GA jusqu’au bout.

Nous regrettons le départ de ces camarades, ils se trompent.

C’est l’opinion qu’ont exprimé prés de 80 % des militantes et militants qui ont voté pour les autres plate-forme.

Parmi elles, la PF F recueille 39, 72% des voix, la I, 23, 04% des voix, la E 6, 4%, la H 5, 38%. Des plates-formes locales ont recueilli 3, 21% des voix. Ces votes ont peu évolué à l’issue de la CN même si le vote sur les textes n’était pas un vote contradictoire, c’est à dire que des délégués qui se sentaient proches de deux textes pouvait voter pour les deux. Sur les 247 délégueEs, la position F, majoritaire, a obtenu 112 voix avec 104 délégués élus sur son texte, la I, 60 au lieu de 57, la G, 59, la E, 20 au lieu de 16 et la H, 18 au lieu de 13.

La motion dite « démarche pour une refondation » a recueilli 93 voix, 28 contre, 43 abstention alors que 83 délégués n’ont pas voulu participer au vote. Ce vote exprime un large intérêt à propos des questions ayant trait au fonctionnement de notre parti mais aussi le souci de prendre le temps d’élaborer collectivement des réponses.

Il était possible d’espérer qu’à l’issue des débats intéressants, riches et respectueux de différents points de vue réussisse à se dégager un large accord autour d’une déclaration commune.

Deux déclarations ont été soumises au vote, les deux ont été repoussées. C’est sans aucun doute regrettable que le large accord qui s’est exprimé dans le parti dans l’objectif de poursuivre et de relancer notre projet de rassemblement des anticapitalistes et pour refuser de rejoindre le Front de gauche n’ait pu se retrouver dans une déclaration commune. La discussion a bloqué sur les différences d’appréciation du Front de gauche et sur la perspective de construire une opposition de gauche au gouvernement Hollande-Ayrault.

Le débat continue, cette CN donne en effet le coup envoi du congrès qui doit se tenir début décembre.

Une nouvelle phase de construction du NPA commence. Cela exige des bilans, des clarifications, des discussions sur notre projet et les moyens de surmonter nos faiblesses politiques, organisationnelles, démocratiques et de direction.

Un chantier s’ouvre à partir des comités, sans préalables de tendances, pour élaborer ensemble les voies et moyens de relancer une dynamique à la hauteur de notre projet.